Bandeau

Le cinéma du réel

Cinéma du réel avec les droits pour ce site Le cinéma du réel ouvre la 39ème édition de son festival. Le festival de films documentaires se déroule du 24 mars au 2 avril 2017, dans plusieurs salles à Paris. (voir programme).
Plusieurs films en langue portugaise y seront présentés. Dont celui de Susana de Sousa Dias sur la PIDE qui concourt en compétition internationale. M.M

Luz obscura


SUSANA DE SOUSA DIAS
76’ • 2017 • Portugal VO/FR+EN

Mêlant les photos prises par la police politique pendant la ditature de Salazar et les témoignages des  enfants d’un militant communiste assassiné, Luz Obscura invente une forme qui retitue au plus juste une identité familiale fraturée.

mercredi 29 mars, 18h50, LU + débat ; jeudi 30 mars, 16h40, C1 + débat ; vendredi 31 mars, 19h30,

 Martírio


VINCENT CARELLI, TATIANA ALMEIDA, ERNESTO DE CARVALhO
162’ • 2016 • Brésil VO/FR+EN
Quand, en 1988, Vincent Carelli filme au Brésil la lutte des Guarani-Kaiowá pour la retitution de leurs terres, il ignore que vingt ans plus tard, la violence se sera aggravée. De retour auprès des résitants  exsangues, il fouille l’histoire coloniale.

vendredi 24 mars, 14h30, C1 + débat ; samedi 25 mars, 20h20, PS + débat ; mercredi 29 mars, 14h00,

 No intenso agora


JOãO MOREIRA SALLES
127’ • 2017 • brésil VO/FR+EN
Un film de famille sur sa mère, touriste en Chine en 1966, mélanger avec les archives de Mai 68, João  Moreira Salles interroge la postérité des moments  les plus intenses de l’hitoire, officielle ou intime – comment vivre après leur fulgurante perfection ?

dimanche 26 mars, 18h00, C1 + débat ; lundi 27 mars, 20h40, PS + débat ; jeudi 30 mars, 10h00,

NYO VWETA NAFTA


ICO COSTA
21’ • 2017 • Portugal, Mozambique VO/FR+EN
À Inhambane, au Mozambique, portrait fragmentaire et cocasse d’une jeunesse qui rêve, désepère, fait le ménage, drague et grimpe aux baobabs.

dimanche 26 mars, 13h40, C2 + débat ;  mardi 28 mars, 16h10, LU + débat ; mercredi 29 mars, 14h00,

 O Cinema, Manoel de Oliveira e eu


João Botetho
81’ • 2016 • Portugal VO/FR+EN
Voyage au coeur de l’oeuvre de Manoel de Oliveira ; le réalisateur en vient à mettre en images un récit que le cinéate, décédé en 2015, n’a pas eu le temps de tourner.

vendredi 31 mars, 20h50, PS + débat ; samedi 1er avril, 20h40, LU + débat

Andrea Tonacci : l’Intégrale


Andrea Tonacci fait ses débuts en tant que réalisateur en 1966, au diapason des inquiétudes caractéristiques de ce que l’on a appelé le Cinéma Marginal brésilien. Dans les décennies qui suivent, ses préoccupations évoluent, démontrant un intérêt croissant pour le mystère de la réalité et un engagement du regard, notamment à travers sa proximité avec les peuples indigènes d’Amérique, qu’il a filmés trente ans durant. À l’occasion de cette rétrospective, l’intégralité de son oeuvre, accompagnée de matériaux non montés ou découverts récemment et inédits, sera présentée pour la première fois.