Faire cours dehors en section professionnelle au lycée Truffaut-Weil - Paris 3e

cours delocalise Louvre rencontrespro 3

   Et si on sortait ? Après deux phases de confinement, Thérèse de Paulis, professeure de Lettres Histoire en section professionnelle (lycée Truffaut Weil), témoigne ici de sa pratique de "faire cours dehors en zone urbaine" et nous montre comment elle permet, pour elle, de nourrir l’envie d’apprendre, de prévenir le décrochage, de ressourcer l’appétence tout autant que générer du bien-être et de la confiance en soi.
C’est aussi, pour elle, une expérience fondatrice de l'évolution de sa pratique professionnelle et de sa posture.
Des exemples ici de séquences et plein de témoignages, également partagés lors du 1er RDV du lab du groupe d'échanges "Faire classe dehors à Paris" !

Pourquoi faire cours dehors …

Au cours des années, nos pratiques ont vu notre temps devant les écrans augmenter considérablement, celui des élèves tout autant, temps que l’expérience du confinement a encore accru, constate Thérèse. A la rentrée, le désir de me retrouver avec mes élèves en plein air était renforcé.
Le bac pro est passé de quatre à trois ans, nos volumes horaires disciplinaires ont baissé, ainsi que les heures dédoublées, ce qui a rendu notre dialogue pédagogique avec les élèves plus complexe à mettre en œuvre.
Je recherchais des modalités pour améliorer, dans la classe quotidienne, la qualité relationnelle et le bien-être.
Faire cours dehors était une piste pour répondre aux besoins de mes élèves : gérer le stress, modifier son rapport à l’école, améliorer une image de soi marquée par l’échec scolaire et apprendre autrement.
Faire cours dehors est aussi motivé par la spécialisation de nos sections dans la gestion des structures culturelles et les métiers de l’accueil, dans le cadre de la réforme de la voie professionnelle. Des cours délocalisés, inscrits dans l’emploi du temps des élèves, nous offrent la possibilité d’une immersion dans les structures culturelles, favorable à l’employabilité des élèves.
De manière générale faire cours dehors offre des opportunités pour mettre différemment en œuvre le programme, les référentiels.
Ici, cela permet une observation du lieu et la découverte de son histoire, de son organisation, de son évolution, de ses activités, selon des modalités coopératives ou individuelles.

pour oser s’aventurer vers l’inconnu et sortir de sa zone de confort !

Exemple d’objet d'étude en géographie pour la classe de Terminale : "Paris, ville mondiale" avec pour objectif de classer et d’analyser les différents facteurs qui font de Paris une métropole de rang mondial.
Les élèves de mes classes sortent peu de leur quartier.
Bien qu'habitant Paris, ils ne s'y repèrent que difficilement, ne connaissent pas ses monuments, ses quartiers, la richesse cosmopolite de ses habitants et de ses visiteurs.Se déplacer permet de modifier les représentations mentales, de rendre l’apprentissage plus concret, et facilite la mémorisation.C’est aussi faire la preuve qu’apprendre fait partie de notre quotidien, et peut se faire en tout lieu.
C’est ensuite pouvoir partager avec ses amis, sa famille.
Passer régulièrement d’une zone de confort en classe à une zone d'inconfort dans un lieu nouveau est l’une des modalités qui contribue à lever les empêchements, les barrières, en accompagnant l’élève dans la construction de soi
C’est l’occasion d’apprendre à nommer son ressenti. Constater que d’autres le ressentent de la même manière ou différemment est une source de construction de repères personnels et collectifs.
Les retours positifs des parents à l’idée de voir leurs enfants s’adapter à un environnement plus ouvert dans le cadre sécurisé et collectif de la classe constituent par ailleurs un facteur de coopération et de confiance avec les familles.
J'ai aimé le concept de faire cours en dehors du lycée car ça nous permet de sortir de notre zone de confort. Kalidiatou
C’est beaucoup plus bénéfique pour nous parce qu’on se repère plus facilement grâce à ces cours et on en apprend sur les lieux. Myriam.
On découvre de nouveaux lieux qu'on ne connaît pas et on apprend leur histoire, cela nous permet d'augmenter notre culture générale. Romaissa
Ce concept m’a permis de mieux suivre un plan pour me rendre à St Michel, témoigne Sira
Je conseille aux profs de faire ce système pour que chacun de leurs élèves puisse décrire son ressenti. Sira Fatim
Les cours à l'extérieur, je trouve que c'est très agréable parce que il y a plus d'ambiance, nous sommes plus complices. ça nous permet d'augmenter notre culture générale.Sarah.

pour nourrir l’envie d’apprendre et se projeter dans un parcours professionnel

Nos élèves sont formés à la gestion des structures culturelles et à l’accueil dans les salles de spectacles, les musées, les entreprises culturelles en général.
Une demi-journée dans l’emploi du temps est délocalisée afin que les élèves soient en formation in situ dans les structures et entreprises culturelles partenaires, en particulier Le Louvre, le Carreau du Temple et le Nouveau Théâtre de Montreuil.
Durant la période hivernale, les cours ont lieu dans les musées, théâtres et structures partenaires.
Au Louvre, un espace privilégié est facilement investi dans la Cour Puget et la Cour Khorsabad, ou dans le Cour Marly, communiquant avec la Petite Galerie.
Les cours en plein air sont  organisés selon les conditions météorologiques.
Le parcours de l’année est construit avec les élèves, ce qui les invite à se documenter, à présenter leur choix, à mettre en commun les informations, à discuter les points de vue, et à trouver un accord qui tienne compte des besoins de tous, et bien sûr, du programme, que les élèves s’approprient ainsi.
En renforçant le lien avec le monde de l’entreprise, faire cours dehors donne aussi plus de sens encore aux apprentissages, et permet aux élèves de se projeter dans une réflexion sur les choix de projet professionnel à construire.
Faire cours dehors est souvent un plaisir collectif source de partage, de souvenirs communs forts, avec le ressenti de vivre un moment un peu exceptionnel en chaque lieu.
L’amélioration de l’ambiance de la classe est plébiscitée par les élèves comme un gage de prévention du décrochage et de lutte contre l’absentéisme.
Sira le formule ainsi : “Les cours en extérieur m’ont été plus plaisants que les cours en intérieur; ça a été une première car jamais aucun des mes autres profs n’a eu ce genre d’idée.”
Les cours à l'extérieur permettent de travailler dans des nouveaux décors en plein air qui permettent de garder une distanciation sociale et de mieux respirer. Mbalou
Les professeurs devraient plus souvent faire cours à l'extérieur, c'est plus agréable et ça amène une bonne ambiance dans la classe. Layana
Je trouve que les cours à l’extérieur nous sont bénéfiques parce que l’ambiance en classe est beaucoup plus agréable. Myriam

 pour créer plus de bien-être, prendre confiance en soi comme lorsque l’on fait un devoir sur l’herbe !

Et si au lieu d’être source de stress et d’angoisse, les contrôles se déroulaient dans un climat de bien-être ?
C’est sur une plage de 3h ou 4h de cours, que le contrôle prend sa place après un temps d’installation des activités d’apprentissage dans un climat de bien-être collectif et individuel.
L'instauration d’un climat de bien-être, dans un cours délocalisé, ritualisé, où l’élève trouve sa place dans le groupe tout en étant en présence d’un public et  souvent plus détendu, offre l’expérimentation de ressources à trouver en soi pour surmonter l’angoisse ou le stress.
L’élève doit s’adapter à un nouvel espace : il peut choisir de s’isoler ou se poser dans un petit groupe, choisir un emplacement qui lui plaît, se lever, bouger, apprendre à construire “sa bulle” où la réflexion, la concentration et le calme facilitent sa mise au travail.
J’aime faire les contrôles dehors, je suis à l’aise, il y a du vent, on voit le paysage, on est bien résume Nakim,
L’expérience des cours à l’extérieur pour moi était très enrichissante. En premier lieu, cela nous a permis de changer d’atmosphère, d'avoir plus de culture générale sur les lieux. Ça nous apporte du bien-être et nous a permis de respirer. La rencontre des professionnels sur leur lieu de travail donne l’exemple pour nos futurs stages.
Pour conclure, j’ai apprécié et je recommande à tous les professeurs de faire cela avec leurs classes pour sortir un peu du concept scolaire. Korotoumou.

fairecoursdehors àlaVillette 2 

A la Villette ou au Louvre

cours delocalise Louvre rencontrespro 2