Dédys : une ressource pédagogique inclusive, un projet porté par une enseignante parisienne.

dedys

Comment enseigner les mathématiques à des enfants dyscalculiques qui, en CP ou CE1, ne savent toujours pas résoudre une simple opération du type  1 + 1 ou 2 - 1 ? C'est en tentant de répondre à cette question qu’est né ce projet mené avec une démarche scientifique. Cette ressource pédagogique est expliquée sur  https://primabord.eduscol.education.fr/les-mathematiques-avec-dedys-un-outil-d-inclusion

Les enseignants volontaires peuvent contribuer de 2 manière à l'amélioration et l'évaluation de cette ressource :

  • Un retour d'expérience direct en échangeant avec la conceptrice de Dédys
  • Une recherche action avec le laboratoire Lutin Userlab
Le projet :

L'idée de ce projet à germé pour répondre aux besoins spécifiques d'élèves atteints de dyscalculie, parmi lesquels Eve, atteinte de dyspraxie développementale visuo-spatiale. En 2013, elle était scolarisée en classe de CE1 après deux années de CP qui n'avaient pas permis de combler ses lacunes. Les enfants atteints de ce type de troubles ont beaucoup de mal à être inclus en classe ordinaire pour les activités mathématiques et ce dès le plus jeune âge. Leur handicap les empêche de développer une bonne intuition du nombre, alors qu’ils sont, comme Eve, en capacité de progresser, pour peu qu’on les aide à contourner leur handicap.

Le projet, porté par l’association CogniTICE, bâti avec l'accord de son enseignante et de l'orthophoniste logico-mathématique qui la suivait, consista à utiliser exclusivement un support informatique, à renoncer à toute manipulation d'objets ou de collections d'objets concrets, ne proposant que la représentation à l'écran de quantités, sous forme de constellation de points (dé). L’enfant était guidée par son avs et le nombre était indiqué sous forme audio, sans possibilité d’erreur.

Tous les exercices (petites additions en ligne, manipulation de dizaines, multiplications, problèmes) présentant des nombres sous forme symbolique, chiffres en lettres ou chiffres arabes, se voyaient systématiquement doublés de leur représentation sous forme de quantités (dés).

L'hypothèse était la suivante : grâce à ces supports visuels de quantités (dé), Eve pourrait accéder à des opérations plus complexes comme par exemple trouver le multiplicateur d'une opération à trou, décomposer un nombre élevé en centaines, dizaines et unités ou, plus complexe encore, trouver la somme exacte de grands nombres (alors qu'elle continuait à échouer à résoudre 2 + 1 sans compter sur ses doigts, comptage toujours susceptible d'erreurs). Et en effet, la réussite dans ces différents exercices lui a permis de progresser dans presque tous les domaines des mathématiques.

Un outil pour différencier en classe.

Dédys a pour vocation d’être un outil d’inclusion, adapté aux enfants dyscalculiques et à tous les jeunes enfants, pour qui le renforcement par l’image constitue une aide à l’apprentissage. Cet outil vise des difficultés de type dyscalculie importante pour lesquelles les enseignants sont très démunis :

  • Automatisation impossible des tables (l’outil dédys permet de visualiser le résultat d’une multiplication)
  • Difficulté à réaliser une opération même très simple mentalement sans soutien visuel
  • Difficulté à manipuler, compter et déplacer en même temps sans erreur (dyspraxie)

Dédys se veut donc un outil d’inclusion et de renforcement visuel pour les élèves en grande difficulté avec les mathématiques mais aussi pour l’ensemble de la classe. Cette ressource, entièrement gratuite, a été développée grâce au soutien de la commission EduUp et du ministère de l’éducation nationale, grâce également à la fondation Julien et Stella Rozan, qui décerne chaque année le prix de la coopération féminine et a récompensé Dédys en 2018.

Ce projet soutenu par la CARDIE fera l'objet d'une recherche menée par le laboratoire LUTIN dès 2022.

Ce premier « pilote » est encore en phase de développement et d’expérimentation auprès de jeunes enfants, en difficulté avec les mathématiques ou non, en lien avec des enseignants de classes ordinaires et spécialisées, ainsi que des neuropsychologues spécialisés dans les troubles des apprentissages.

Les enseignants qui le désirent peuvent tester l'outil en collaboration avec Avigal Amar-Tuillier, enseignante à l'origine de Dédys. Vos retours d'expérience permettront d'améliorer cette ressource. De nouvelles activités (couvrant l’ensemble du cycle 2 à terme et une partie du cycle 3) sont en cours de développement. 

Pour participer contactez ce.cardie@ac-paris.fr