▼ Navigation | ▼ Contenu | ▼ Recherche | ► Glossaire

Rechercher

Le ministre de l’Éducation et le préfet de police au rendez-vous de la rentrée des cadres de l’académie

mis à jour le 30/08/17

Lundi 28 août 2017, les cadres de l'académie étaient réunis en Sorbonne, à l’invitation de Gilles Pécout, recteur de la région académique Ile-de-France, recteur de l’académie de Paris, chancelier des universités de Paris, pour la traditionnelle réunion de rentrée. À cette occasion, Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale et Michel Delpuech, préfet de police de Paris, sont intervenus devant les 500 inspecteurs, chefs d'établissement, chefs de division et adjoints gestionnaires de l'académie de Paris.

28082017 4

"L'unité de la maison Éducation nationale est essentielle pour lutter contre les inégalités." - Jean-Michel Blanquer

Soulignant la singularité de l'académie de Paris, académie capitale caractérisée par sa grande diversité sociale et culturelle, le ministre de l'Éducation nationale a d'abord insisté sur la nécessité de mener des politiques efficaces en matière de lutte contre les inégalités scolaires. « L’uniformisation n’est pas le remède, nous le savons. Regarder la réalité en face est essentiel pour notre institution. »

Jean-Michel Blanquer souhaite réinstaurer de la confiance entre tous les acteurs de l’École (enseignants, inspecteurs, parents et élèves) car « tous les systèmes éducatifs qui vont bien dans le monde sont placés sous le signe de la confiance. Mais la confiance se gagne, elle ne se décrète pas. »
Pour le ministre, les chefs d'établissement sont les vecteurs majeurs de la transmission de la confiance, d’où l'importance de les soutenir et de les accompagner dans la définition de leurs projets éducatifs. « Les chefs d’établissements sont la clé de voute de l’institution, je serai à vos côtés au quotidien », leur a-t-il assuré.

Le ministre a longuement déroulé les priorités de son action pour cette année 2017-2018. En premier lieu, la priorité à l'école primaire, l'objectif étant que tous les élèves sachent lire, écrire, compter et respecter autrui à la sortie du 1er degré. C’est pour y parvenir, tout en agissant à la racine des inégalités scolaires, que le Gouvernement souhaite dédoubler les classes de CP et de CE1 dans l’éducation prioritaire. À Paris le dédoublement s’applique dès le 4 septembre dans les 14 écoles situées en REP+, avec 52 classes de CP à 12. Jean-Michel Blanquer a tenu à saluer celles et ceux qui ont rendu possible cette évolution en si peu de temps. « C’était un défi à la fois en terme d’organisation et de ressources humaines ». Le recteur Gilles Pécout a de son côté souligné l’efficacité de la concertation menée par le DASEN, ajoutant que 32 postes de « Plus de maîtres que de classes » étaient par ailleurs maintenus en REP.

28082017 6


Jean-Michel Blanquer a également insisté sur l’importance que lui et sa collègue Françoise Nyssen, ministre de la Culture, accordent à l'éducation artistique et culturelle. « La rentrée en musique en est le signal ». Dans l’académie de Paris, cette rentrée en musique qui permet d’entamer une sensibilisation à la musique dès le premier jour de classes, s’inscrira dans un temps plus long, a précisé le recteur, et ce, grâce à la très grande qualité des partenariats noués avec de grandes institutions culturelles (Garde républicaine, Radio France, Orchestre de musique de Chambre de Paris).          

Concernant le dispositif « Devoirs faits », qui doit permettre aux collégiens de bénéficier d’un accompagnement au sein des établissements après les cours, celui-ci sera opérationnel après les vacances de la Toussaint, et l’académie compte notamment s’appuyer sur les initiatives existantes et sur le recours à des jeunes en service civique.

Assouplissement de la réforme du collège, accompagnement des élèves en situation de handicap, concertation autour de la réforme du baccalauréat, renforcement de l’enseignement professionnel, sur tous ces sujets, le ministre Jean-Michel Blanquer s’est réjoui d’avoir pu avoir une « explication directe » avec les cadres de l’académie, « un échange direct absolument indispensable dans un monde caractérisé par la post-vérité. »

"L'Éducation nationale a été définie, avec la Défense, comme priorité nationale par le Président de la République et le Premier ministre : il y aura donc des impacts budgétaires.", a enfin expliqué le ministre.

28082017 7

28082017 12

"Parce qu'elle porte les valeurs de la République, l'École est au coeur de l'action à mener en son nom." - Michel Delpuech

Après un long temps d’échanges entre la salle, le ministre et le recteur, c’est le préfet de police de Paris Michel Delpuech qui a pris la parole.

Établissant en toute transparence un état des lieux de la menace terroriste, qui demeure à un niveau très élevé, ce dernier a rappelé que « dans le contexte troublé que nous traversons, l’École de la république joue un rôle essentiel. »

« Tous nos personnels sont parfaitement mobilisés pour que la rentrée se déroule dans les meilleures conditions de sécurité », a-t-il expliqué aux chefs d’établissements, l’intégralité du dispositif mis en place depuis 2015 pour renforcer la protection des établissements scolaires étant reconduit. Le préfet de police a également insisté sur la nécessité pour eux de transmettre à la préfecture les PPMS (plans de masse et les plans particuliers de mise en sûreté) de leurs établissements. Les policiers de proximité spécialisés dans les conseils de sûreté qui, chaque année, effectuent plus de 300 consultations, restent aussi plus que jamais à leur disposition.

Michel Delpuech a enfin souligné la grande qualité du partenariat noué entre les états-majors de le préfecture de Police et l’Équipe mobile académique de Sécurité (EMAS). « La protection de l’espace scolaire repose sur la coordination la plus étroite entre les collectivités, les forces de sécurité intérieure et la communauté éducative, vous pouvez être sûr de ma volonté, et de celle de mes équipes, de poursuivre et amplifier ce travail en ce sens. »

28082017 18

28082017 13