Innovation pédagogique : la Cardie présente ses actions emblématiques

mis à jour le 05/07/18

Le 8 juin, la Cardie a présenté en Sorbonne ses projets innovants soutenus par la Mairie de Paris, qui concernent 123 écoles et collèges, en présence de Patrick Bloche, adjoint à la Maire de Paris, Jean-Michel Coignard, directeur de l'académie et Antoine Destrés, DASEN de l'académie de Paris.

L'origine des projets présentés

Suite à un appel à projets lancé par la Cardie, près de 70 projets ont été reçus entre février et avril 2017. S'associant à la volonté du rectorat de promouvoir des démarches d'enseignement novatrices, la mairie de Paris a décidé d'accompagner financièrement onze d'entre eux. Ils ont été sélectionnés parmi 66 projets présélectionnés par la direction de l'académie en juin 2017.

Ces onze projets, très différents, proviennent d'écoles et de collèges. Certains concernent un seul établissement, tandis que d'autres sont communs à plusieurs dizaines d'écoles. Deux sont des regroupements et consistent à accompagner de manière innovante des projets individuels agrégés autour d'un objet de travail et de réflexion commun.

L'ensemble de ces actions s'articule en lien avec des priorités nationales et académiques : la lecture, les neurosciences, le travail en réseau ou encore l'adossement à la recherche.

Une restitution dans le Grand Salon de la Sorbonne

Nadia Civiale, conseillère académique pour la recherche, le développement, l'innovation et l'expérimentation (CARDIE), a introduit la matinée en remerciant l'ensemble des acteurs pour leur implication dans les différents projets présentés, durant l'année.

Elle a tenu à souligner la mise en place de Groupes de Développement Professionnel (GDP), une nouvelle modalité d'accompagnement des projets à Paris. Au sein de ces groupes, différents établissements et écoles intéressés par une problématique semblable travaillent ensemble afin de bénéficier des expériences de chacun dans une dynamique d'interactions. Ce processus de co-développement en présence d’experts et d’un ou de plusieurs chercheurs permet de faire évoluer leur projet. C'est en quelque sorte un "tiers-lieu" que la Cardie offre à ces équipes.

Après cette brève introduction, le directeur de l'académie, Jean-Michel Coignard et l'adjoint à la Maire de Paris chargé de toutes les questions d'éducation, de la famille et de la petite enfance, Patrick Bloche ont pris la parole pour exprimer l'importance qu'ils accordent à l'innovation, cette "volonté de travailler autrement" que porte la Cardie dans l'académie de Paris.

Le directeur de l'académie a remercié la Mairie de Paris qui a contribué au développement des projets innovants qui sont présentés lors de la matinée.
Un des axes prioritaire du projet académique 2017-2020 témoigne de l'importance que la direction de l'académie accorde au développement d'actions novatrices, à la recherche permanente pour faire bouger l'École vers plus de coopération et de partage au service des apprentissages.

Il a souligné que l'innovation est souvent discrète, qu'elle est parfois un processus invisible qui avance à bas bruit et c'est donc à la Cardie d'aller au repérage, à l'identification de ce qui se fait sur le terrain.

Patrick Bloche s'est félicité du partenariat très actif entre la Mairie de Paris et l'académie de Paris. Pour lui, l'innovation montre que l'éducation est une matière vivante et les différents projets menés par la Cardie créent une dynamique très positive dans les établissements.

Le Groupe de Développement Professionnel "Bien-être" à l'école

Irène Rousseau, chargée de mission à la Cardie, introduit la thèmatique "Bien-être" et laisse les élèves du collège Robert Doisneau animer des exercices de yoga qu'ils pratiquent habituellement en classe avec leur enseignante madame Grimberg.

Sorbonne bien-etre CARDIE 129 Sorbonne bien-etre CARDIE 112

Sorbonne bien etre CARDIE 118

Sorbonne bien-etre CARDIE 122

Le Groupe de Développement Professionnel "Bien-être" est constitué de deux écoles maternelles, deux écoles élémentaires, un collège et plus de 15 experts ou personnes-ressources : l'école Saint-André-des-Arts, l'école Murat, l'école élémentaire Alésia et l'école Parmentier et le collège Robert Doisneau.

Les cinq projets ont été menés avec le concours des chercheuses Pascale Haag (EHESS/LAB SCHOOL NETWORK) pour la supervision du GDP et Fabienne Serina-Karsky (Centre interdisciplinaire de recherche, culture, éducation, Paris 8) pour l'accompagnement des deux écoles maternelles.

Pascale Haag a restitué sa recherche-action en 180 secondes et échangé avec Nassima Mezouar de l'école Parmentier, suivie par Fabienne Serina-Karsky qui a fait une restitution dialoguée avec les enseignants des écoles maternelles Saint-André-des-Arts et Murat.

La séquence s'est terminée par la présentation des enjeux nationaux et académiques autour de la maternelle, l'occasion d'indiquer les effets mesurables de ces actions : amélioration du bien-être pour les enfants et les adultes, coopération entre les élèves et meilleur climat scolaire.

Lecture plaisir à Paris avec Silence on lit à Paris, 30 écoles impliquées dans le projet

Silence on lit... en Sorbonne ! Pour cette matinée, chacun est venu avec un livre en Sorbonne afin d'expérimenter l'action Silence on lit, 10 minutes de lecture personnelle. Une lecture était également proposée par la Cardie, un corpus composé de textes de Maylis de Kerangal (Réparer les vivants), Marcel Pagnol (Le temps des amours), Joseph Joffo (Baby-foot) ou encore du poème Les Djinns de Victor Hugo.

Pendant l'année scolaire 2017-2018, 30 écoles parisiennes ont été suivies par l'association Silence on lit.

Antony Soron, maître de conférences à l'ESPE, Paris Sorbonne, a restitué en 180 secondes la recherche menée sur l'action Silence on lit. Il indique que c'est un temps durant lequel aucune autre activité n'est faite en parallèle, et que ce dispositif se veut universel à l'échelle de l'école. L'ensemble des élèves comme des personnels y participe. Il ajoute que cela a un impact évident sur la comportement des élèves, puisqu'il s'agit d'un temps calme qui ramène une certaine sereinité notamment après la pause méridienne. Cela dit, ce dispositif doit selon lui avoir un objectif de progression dans la lecture, c'est-à-dire que l'élève, accompagné par l'enseignant, doit au maximum suivre un corpus défini. Ce dispositif, universel, permet à chacun de revoir sa relation avec la lecture.

Isabelle Goubier-Sène, IEN chargée du groupe français à l'école, a indiqué que le dispositif serait étendu l'an prochain, notamment au niveau du collège, et qu'il s'inscrit totalement dans les directives ministérielles, Ensemble pour un pays de lecteurs, et dans le Plan lecture de l'académie de Paris. L'objectif selon elle : développer la dimension du plaisir de lire et surtout le "vouloir lire", au-delà du "pouvoir lire".

Le Groupe de Développement Professionnel Neurosciences et pédagogie

Valérie Schwob, chargée de mission à la Cardie, a ensuite présenté les travaux du Groupe de Développement Professionnel Neurosciences, destiné à expérimenter l'apport des neurosciences dans les pratiques pédagogiques.

Jean-Luc Berthier, proviseur honoraire et spécialiste en sciences cognitives de l'apprentissage, a animé un jeu d'expérience de mémoire en trois tests, puis a restitué en 180 secondes l'accompagnement des cogni-classes. Les cogni-classes ont pour objectif d'aider les élèves à mettre en place des stratégies et des méthodes d'apprentissage au niveau de l'organisation, de la compréhension, de la mémorisation et de l'attention.

Présentation Actions-pédagogiques-innovantes CARDIE 314
Les expérimentations ont été menées dans le REP Marie Curie-Gérard Philipe (deux collèges et deux écoles élémentaires), dans les collège et lycée Janson de Sailly, dans le collège Delaunay, dans le lycée Paul Valéry et dans des écoles maternelles de la circonscription 20C.

L'équipe de la Cardie et l'ensemble des participants remercient les élèves du lycée professionnel René Cassin (75016) pour leur accueil.

> Suivre toutes les actualités de la Cardie

Découvrir l'ensemble des innovations dans le livret "Des actions pédagogiques innovantes"

Des actions pédagogiques innovantes