▼ Navigation | ▼ Contenu | ▼ Recherche | ► Glossaire

Pour l'école de la confiance
Rechercher

"La Réserve citoyenne : un engagement républicain au cœur de l’École" : retour sur la matinée de réflexion organisée en Sorbonne

mis à jour le 22/10/18

Le 17 octobre, une matinée de réflexion autour de la Réserve citoyenne s'est tenue dans le Grand Salon de la Sorbonne, pour évoquer les interventions passées et envisager de nouvelles perspectives autour de nombreuses thématiques.

Pierre Deysson, référent académique Réserve citoyenne et Proviseur Vie scolaire, a ouvert cette matinée en rappelant l'importance de la Réserve citoyenne ; créée en mai 2015 suite aux attentats du mois de janvier. C'est ensuite Alain Seksig, membre du Conseil des sages de la Laïcité et Inspecteur Vie scolaire, qui a présenté le rôle de la Réserve citoyenne ainsi que les thématiques abordées dans les deux tables rondes.

Patrick Bloche, adjoint à la Maire de Paris pour l'éducation, l'enfance et la famille, ancien président de la Commission des affaires culturelles et éducatives de l'Assemblée nationale, a poursuivi en parlant de la Réserve citoyenne comme un vecteur de transmission « qui nous amène à croire en des valeurs communes : celles de la République ; à travers le projet collectif qui est celui de la Nation, qui nous anime ». M. Bloche a salué le travail des réservistes qui consacrent du temps à cette mission, rappelant que « l’engagement qui est le nôtre doit contribuer à éclairer les plus jeunes consciences, à transmettre des valeurs communes ».

1ère table-ronde : retour sur des interventions réalisées

Lors de cette table-ronde, différentes actions sur des thématiques distinctes ont été partagées telles que : la lutte contre le harcèlement en milieu scolaire, l'accompagnement éducatif en partenariat avec le musée du Louvre, la laïcité ou encore l'accompagnement scolaire.

Sur le thème de la prévention du harcèlement en milieu scolaire, Magali Crochard, enseignante et réserviste, a évoqué les nombreux outils à destination des personnels de l'Éducation nationale présents sur le site internet Non au harcèlement, ainsi que la possibilité d'interventions dans les écoles et collèges. Elle a déclaré à cette occasion : « J’ai un souhait : nous sommes actuellement dans une phase de « lutte contre » le harcèlement, peut-être qu’un jour nous arriverons à une terminologie qui parle plutôt « d’intimidation entre pairs ». Je crois qu’on est en mouvement et que peut-être qu’on va travailler à ce fameux vivre-ensemble pour aider nos enfants à s’engager ensemble. On prépare le terreau d’un travail positif ».

Anne Deruyter, du service éducation et formation du musée du Louvre et Dominique Borne, ancien doyen de l'inspection générale et réserviste, ont parlé de l'accompagnement de classes par des réservistes dans leur visite de la petite galerie du Louvre le mardi, jour de fermeture du musée. Ces visites sont préparées en amont grâce à la rencontre avec les élèves et peuvent donner lieu à une exposition pédagogique en aval. Cette année, la thématique est « Archéologie et bande dessinée ».

La co-auteur du « Dictionnaire de la laïcité », secrétaire générale de l'association Egale et réserviste Martine Cerf, présente pour parler de la laïcité, a donné un exemple d'action réalisée auprès des enseignants : dans le cadre de la mise en place en 2016 de l'Enseignement moral et civique (EMC), quelques sessions de formation avaient été organisées.

Alexis Adalla-Charpiot, co-fondateur de l'association la Flèche et réserviste, a décrit l'accompagnement scolaire comme un objectif de parrainage auprès des élèves de collèges afin de les remotiver, de les aider à prendre confiance en eux et de les guider vers une orientation valorisante, il faut : « donner aux élèves le choix de leur orientation, en les accompagnant pour leur donner le choix des possibles ».

2ème table-ronde : pistes d'actions possibles

Dans la deuxième table-ronde, les thèmes suivants ont été abordés comme pistes de futures interventions : Génération 2024, le concours « Alter ego ratio », la prévention des discriminations liées à la silhouette, la lutte contre la corruption ou encore la prévention de la radicalisation.

Laurent Pejoux, Délégué académique aux Arts et à la Culture et référent Génération 2024, a ouvert cette table-ronde avec la présentation des établissements labellisés et des projets d'action républicaine qui sont la lutte contre les discriminations et la promotion des handisports au travers de la préparation des Jeux Olympiques. Il a ensuite évoqué la nécessité de « construire avec la jeunesse ce grand événement, et de sensibiliser et former aux valeurs de l’olympisme et du paralympisme ». Du 4 au 9 février 2019 se tiendra la semaine olympique et paralympique, puis le 23 juiin 2019 aura lieu la journée olympique et paralympique.

Le concours « Alter ego ratio » a été présenté par Eléonore Ward de la Ligue de l'enseignement Paris. Pour ce concours, les élèves ont jusqu'au 7 mai 2019 pour déposer leur projet sur le site. Un jury élira un projet par thématique, les trois grandes thématiques étant la défense des valeurs de la République, l'égalité filles/garçons et la prévention de la radicalisation).

La prévention des discriminations liées à la silhouette a ensuite été introduite par Dominique Cassuto, médecin-nutritionniste, chef de clinique à la Pitié-Salpêtrière et réserviste. Celle-ci consiste à faire accepter leur silhouette à des adolescents en surpoids et qui se croient obèses ou à les aider à sortir de l'anorexie, etc.

Le directeur adjoint de l'Agence française anti-corruption (AFA), Gérald Béranger a présenté la lutte contre la corruption : comment former les futurs citoyens à ce qu'est la corruption, comment la prévenir et comment lutter contre, en précisant la mission de conseil aux acteurs économiques et pulics qui est celle de l'AFA.

La thématique de la prévention de la radicalisation a été abordée par Georges Salines, médecin, directeur du service sanitaire de la Mairie de Paris, président d'honneur de l'association 13Onze15 et réserviste mais aussi par Aida Bougon, chargée de mission prévention de la radicalisation à l'académie de Paris. Georges Salines réalise des interventions dans les classes et intervient au nom des victimes d'attentats terroristes afin de faire prendre conscience aux élèves du vécu, du ressenti et de rendre une humanité aux victimes : « Le terrorisme pousse à des fractures dans la société française ». Aida Bougon a démontré l'importance de repérer les cas de radicalisation et de les faire remonter via la présentation de l'action du ministère et de l'académie dans le domaine de la Laïcité et de la prévention de la radicalisation. Elle a également rappelé l'existence du livret « Prévenir la radicalisation des jeunes » sur le site Eduscol à destination des chefs d'établissement (ainsi que le guide de prise en charge).

Enfin, Dominique Kielemoës, chargée de mission Réserve citoyenne à l'académie de Paris, a clôturé cette matinée en remerciant l'ensemble des organisateurs, les intervenants qui ont permis la richesse des propositions et des échanges et les personnes présentes.