Le suivi pédagogique et éducatif des élèves au collège Léon Gambetta

VISUEL CLG LEON GAMBETTA

Dès l’annonce de la fermeture des établissements, l’équipe du collège Léon Gambetta s’est mobilisée pour tenter d’assurer au mieux le suivi des élèves en période de confinement. Cela s’est concrétisé par la définition de créneaux horaires par matière, par la mise à disposition de tablettes si nécessaire et par une réflexion sur la place à donner à chaque membre de la communauté éducative dans ce contexte si particulier. Le dispositif devait favoriser l’effort et la régularité des élèves, rassurer par une présence claire et lisible des professionnels de l’établissement, mais aussi faire face à l’évolution possible de la situation, par l’intrusion redoutée de la maladie dans les équipes.

Une planification hebdomadaire, avec une demi-journée par matière

L’établissement a décidé de mettre en place un planning avec un créneau horaire de 3 heures par semaine et par matière (deux créneaux pour le français et les mathématiques), identique pour toutes les classes. C’est dans ce créneau que sont donnés des activités à distance, des documents à visionner, des travaux à réaliser… Les professeurs sont là, en direct, pour échanger, encourager, accompagner, répondre aux questions. En Histoire-Géographie par exemple, c’est le mardi matin que tous les élèves du collège prennent connaissance des devoirs à rendre avant la fin de matinée ou pour le mardi suivant, en fonction du travail demandé. Cette organisation commune pour tous les niveaux permet les solidarités au sein des fratries.

Après deux semaines de fonctionnement, le cadre a légèrement évolué. En effet, si ce système évite le sentiment d’urgence qu’aurait pu provoquer un emploi du temps « heure par heure » plaqué sur l’emploi du temps habituel, les élèves ont parfois du mal à se connecter et à se concentrer sur tout le créneau.  Les délais de retour ont été assouplis, les questions pouvaient fleurir à tout moment de la semaine.

 

Continuité numérique et suivi des élèves

Dès le vendredi, les assistants d’éducations sont passés dans les classes afin d’identifier les élèves ne disposant pas chez eux de l’équipement informatique minimum. Des personnels volontaires ont rappelé à tous les usages de base de l’ENT (la messagerie, l’espace documentaire et les casiers numériques). Des tablettes informatiques ont ensuite été prêtées aux familles afin de permettre la continuité pédagogique.

Comme dans tous les établissements, certains élèves sont malgré tout restés injoignables, et d’autres fournissaient peu de travail, ou un travail de qualité bien moindre qu’en présentiel. Beaucoup ont fait appel à leur autonomie, et se sont inscrits efficacement dans ce nouveau cadre, après une période d’adaptation finalement assez courte. Quelques-uns, trop peu malheureusement, ont même réservé des surprises, en mobilisant des ressources insoupçonnées, isolés des tentations de la camaraderie.

Les enseignants ont décidé de s’accorder sur une codification commune d’évaluation sur l’application Pronote :

-          Si le travail rendu est de qualité, il est noté

-          Si le travail est rendu, mais qu’il n’est pas satisfaisant, il est inscrit « NN » (Non Noté)

-          Si le travail n’est pas rendu, il est inscrit Absent (ABS)

Cette remontée permet à l’ensemble de la communauté éducative d’avoir une vue d’ensemble afin de détecter les élèves potentiellement décrocheurs et de les contacter. La publication de ces notes à destination des élèves et des familles a été suspendue : c’est à la sortie de la crise que les décisions seront prises sur la façon dont ces résultats pourront être pris en compte (ou pas), sous forme de notes chiffrées ou de validation de compétences. Il s’agira alors d’être juste et de tenir compte de la diversité des situations dans lesquelles chaque élève aura traversé la période.

Impliquer tous les membres de l’équipe dans la continuité pédagogique

Dans un moment aussi perturbant chacun à son rôle à jouer. La documentaliste de l’établissement suggère très régulièrement des ressources pour se détendre intelligemment. Les assistants d’éducation sont chargés d’appeler certains élèves, en fonction de critères définis, sous la coordination des CPE, qui font le lien avec les professeures principaux et prennent le relais quand c’est nécessaire ; l’infirmière continue de suivre, à distance, les élèves, par exemple ceux sujets aux addictions ; l’assistante sociale cherche à entrer en communication avec les familles injoignables. La psychologue de l’Education nationale accompagne tout particulièrement des élèves de 3ème dans leur processus d’orientation. Les personnels de direction coordonnent, soutiennent et accompagnent. 

 

Tous nos articles sur la continuité pédagogique sont à retrouver sur l'article principal ainsi que dans l'onglet "Actions des écoles et des établissements".