Pour deux CPC de la circonscription 20A : ce qui a changé et ce que l'on veut garder pour après

circo 20A

Deux conseillères pédagogiques de circonscription (CPC) ont bien voulu revenir sur ce qui a pu changer dans leurs pratiques, ce qu’elles ont appris du contexte actuel et ce qu’elles ont envie de réinvestir pour l’après. Le maintien et le renforcement d’un lien multiforme apparait comme un élément fort qu’il s’agira de préserver. Cette période aura permis aussi d’oser de nouvelles pratiques.

Pour Aline

Que faites-vous aujourd'hui ? Qu'est-ce qui a changé dans vos pratiques, dans les rapports aux élèves, aux collègues, aux parents et dans votre posture?

Nous travaillons essentiellement en télétravail, avec quelques visites de formation  prévues ponctuellement dans les classes.
Tout est à réinventer, les objectifs et modalités de travail ont dû être totalement révisés, d'abord dans l'urgence, puis progressivement une organisation s'est mise en place et  les démarches sont devenues constructives. Il a fallu s'adapter sans cesse, faire preuve de flexibilité.  La communication de qualité au sein de l'équipe et avec les collègues des écoles a permis de maintenir un cap de travail toujours dynamique.

Qu'avez-vous appris, que souhaitez-vous réinvestir, capitaliser pour l'après ?
Ce contexte d'éloignement, de privation de la vie de bureau et des écoles, m'a confortée sur ce qui est vraiment essentiel dans une relation pédagogique avec des élèves ou dans une relation de formatrice avec les enseignants : la dimension humaine. Maintenir une communication efficace, être disponible pour répondre aux interrogations et angoisses diverses, me semble essentiel.  Cette période en distanciel nous a appris à travailler autrement, et nous renvoie à beaucoup d'humilité. Dans ce contexte où l'on ne peut rien prévoir, il conviendra de se réapproprier peu à peu le temps long. Il est à souhaiter que les pratiques numériques se développent dans toutes les écoles et classes, afin que chaque professionnel et que chaque élève soit opérationnel si nous nous trouvions à l'avenir confrontés à une situation similaire.

 

Pour Christine

Que faites-vous aujourd'hui ? Qu'est-ce qui a changé dans vos pratiques, dans les rapports aux élèves, aux collègues, aux parents et dans votre posture ?

Je partage mon temps entre le télétravail, pour tout ce qui peut se faire à distance, et en présentiel dans les bureaux de la circonscription. Ces moments, en circonscription, organisés en fonction d'un roulement pour permettre le respect des contraintes sanitaires imposées, sont importants pour le moral ! Nos métiers d'enseignants sont essentiellement liés à la relation humaine.
Les rendez-vous en classe, pour les collègues T1 en présentiel, ou par téléphone pour ceux qui travaillent en distanciel ont repris, afin de continuer leur formation.

Avec l'équipe de circonscription : Cette période, très inédite, a sans doute renforcé le lien que nous avons entre nous à la circonscription et auprès des équipes dans les écoles. L'équipe de circonscription au complet (IEN, CPC, secrétaire) est restée en contact plusieurs fois par jour, par téléphone et vidéoconférence, pour répondre aux demandes des équipes dans les écoles et à celles de l'institution. Cela a été facilement mis en place, de par la confiance et la disponibilité que nous avons les unes pour les autres. Cette relation de travail existait bien avant le confinement, cela nous a donc paru naturel de la poursuivre à distance.

Avec l'équipe des CPC de Paris : Des contacts réguliers entre CPC des autres circonscriptions nous ont permis d'échanger sur les organisations proposées, notamment dans le cadre des ouvertures d'écoles pour l'accueil des enfants de soignants, et sur les propositions pédagogiques faites aux PE pour un enseignement à distance.

Avec les équipes des écoles : Les directrices et directeurs d'écoles, ainsi que les PE ont continué à nous contacter régulièrement, pour échanger, demander des conseils et parfois se rassurer dans un mode de fonctionnement totalement différent de celui connu par tous. Ces contacts ont été, peut-être moins formels, certains collègues osant raconter leur quotidien et celui de leurs élèves.
Notre IEN a créé une Synbox dédiée aux échanges et propositions de pratiques pédagogiques réalisables à distance, avec ou sans l'aide des parents des élèves. Nous avons amorcé les contenus, surtout à destination des élèves de maternelle, pour répondre à la demande des PE. Rapidement, sous l'impulsion de l'IEN, les enseignants de tous les niveaux se sont saisis de l'outil pour partager des pratiques et s'appuyer sur les séances proposées.

Cette période un peu particulière a été aussi l'occasion pour moi de retourner faire la classe auprès des enfants accueillis pendant le confinement, leurs parents faisant partie des personnels essentiels au maintien du fonctionnement de la santé et de la sécurité. Outre le fait de me sentir utile, ce temps passé en classe avec des élèves de PS et MS m'a permis de comprendre les changements de postures auxquelles les collègues, devant élèves, doivent réfléchir pour adapter leur pratique. Cela me permettra, peut-être, d'être plus pertinente auprès de nos collègues T1, dans le cadre des visites de classe organisées d'ici à la fin de l'année.


Qu'avez-vous appris, que souhaitez-vous réinvestir, capitaliser pour l'après ?
Cette période a confirmé pour certains, permis d'apprendre pour d'autres, que notre métier d'enseignant repose à la fois sur la confiance, le partage de compétences et le lien humain qui en découle. 
Les outils numériques utilisés pour la communication et l'enseignement ont essentiellement permis de conserver, voire de créer ces liens entre les personnes : enseignants, élèves, parents, équipes de circonscription.
Les parents ont pris conscience qu'enseigner est un métier qui s'apprend et n'est pas qu'une continuité de la fonction parentale,
Les élèves se sont "révélés" et ont pris en charge leurs apprentissages dans cette nouvelle relation à leur enseignant,
Beaucoup d’enseignants ont osé adapter des propositions pédagogiques pour les rendre didactiquement envisageables à distance, en les rendant plus explicites, plus claires, plus ciblés et certainement plus adaptées à chaque élève, l'enseignement se faisant par petit groupe pour maintenir une bonne connexion informatique. Souvent, les enseignants sont intervenus par téléphone, dans une relation duelle, avec un élève n'ayant pas d'équipement nécessaire à une connexion informatique, pour maintenir le lien pédagogique et humain.
- toutes ces belles énergies ont été valorisées, soutenues par l'IEN qui, par un travail de plusieurs années, a réussi à mettre en place "une culture de circonscription".  En réaction, un grand nombre d'enseignants a accepté de partager son travail et son retour d'expériences. 


Il serait souhaitable, que cette dynamique de travail collectif puisse se poursuivre en permettant, dans un avenir proche, aux enseignants de se rencontrer, sur des temps institutionnels coordonnés avec l'équipe de directeurs.trices et de circonscription, pour:
- préparer la rentrée 2020/2021,
- continuer à faire vivre la Synbox de partage des ressources
- ou simplement questionner des situations rencontrées qui posent problèmes ou qui ont permis d'en résoudre.