#27 Le PIB : une mesure d’avenir ?

Session INSEE conçue par Nicolas Carnot, membre du Conseil scientifique du Printemps de l'économie, représentant son Directeur Jean-Luc Tavernier 

Le PIB, une des plus grandes inventions du vingtième siècle selon Paul Samuelson, prix Nobel d’économie, s’est imposé comme référence de la mesure de la performance économique. Dans le même temps, les critiques du PIB sont nombreuses, qu’il s’agisse de pointer les limites des conventions ou de rappeler que le PIB ne saurait résumer à lui seul le bien-être des individus et encore moins servir d’unique horizon à la vie collective. Avec les transformations de la mondialisation et de la numérisation, la montée des préoccupations environnementales et les interrogations suscitées par la crise sanitaire, la question reste plus que jamais d’actualité pour le monde de demain : faut-il conserver le PIB, s’en débarrasser ou le faire évoluer ? Comment s’assurer que le PIB, et plus largement l’appareil de la comptabilité nationale sans lequel nous serions démunis pour appréhender globalement les réalités économiques, reste une mesure pertinente pour notre avenir, sans forcément pour autant écraser les autres dimensions de notre existence ?


Description :

Intervenant-e-s :

  • Didier Blanchet, Directeur des études et synthèses économiques, INSEE
  • Yaëlle Hauseux, Cheffe de la division concepts, méthodes et évaluations du département des comptes nationaux, Insee
  • Xavier Timbeau, Directeur général, Ofce Sciences-Po
  • Modérateur : Gilbert Cette, Adjoint au Directeur général des Études et des Relations internationales de la Banque de France et Professeur associé à l’Université d’Aix-Marseille (AMSE)

À voir aussi

 
28/03/22

Dans l'atelier d'Héphaïstos : l'invention des robots dans l'Antiquité

Annie Collognat, professeur honoraire en Latin-Grec, propose une conférence intitulée "Dans l'atelier d'Héphaïstos, l'invention des robots dans l'Antiquité". Stage organisé par Marie Berthelier, IA-IPR de Lettres en charge des LCA, dans le cadre du Plan Académique de formation de l'Académie de Paris.
 
21/03/22

Des mathématiques pour garder des secrets

Dans le cadre de la "Semaine des mathématiques" organisée du 7 au 16 mars 2022 par la DAAC (délégation académique aux arts et à la culture) de l'académie de Paris, Renaud Sirdey propose un conférence sur la cryptologie. De Jules César aux ordinateurs.
 
10/03/22

Des Académiciens en Sorbonne - Louis Vogel - Les nouvelles voies de l’éloquence

Aussi surprenant que cela puisse paraître, l’éloquence, dans son acception « exercice verbal de la persuasion », n’a pas toujours occupé une place centrale dans notre histoire. Héritage gréco-romain, l’éloquence – et son pendant qu’est la rhétorique – est redécouverte au XXe siècle en lien avec les besoins nouveaux de la communication. L’éloquence, celle des discours des hommes politiques, des cours des professeurs ou de la plaidoirie des avocats, a bien évolué avec le temps. Bien sûr, les nouveaux media sociaux ont changé la donne – par le format essentiellement. Pour autant, le paradigme reste le même : la volonté de convaincre et la nécessité de séduire. Du discours flamboyant d’un premier ministre anglais qui promettait en temps de guerre du sang et des larmes à celui plus technique d’un premier ministre français qui, en pleine crise sanitaire, explique ce qu’il sait et ce qu’il ne sait pas, pédagogue et empathique, l’éloquence se travaille. Elle est cependant toujours le fruit d’une technique : une forme au service du fond, un rythme, une analyse de l’auditoire et une chute. L’objectif : éveiller la curiosité, susciter l’intérêt et emporter l’adhésion. Mots-clés : conviction – persuasion – adhésion Pour aller plus loin : https://academiesciencesmoralesetpolitiques.fr/2021/12/20/des-academiciens-en-sorbonne-avec-louis-vogel/
 
09/03/22

Des Académiciens en Sorbonne - Interview de Louis Vogel - Les nouvelles voies de l’éloquence

Dans le cadre du cycle DES ACADEMICIENS EN SORBONNE, Louis Vogel, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, a consacré son allocution aux nouvelles voies de l'éloquence : ce dernier nous livre ses confidences et ses conseils, à l'issue de cette conférence. Aussi surprenant que cela puisse paraître, l’éloquence, dans son acception « exercice verbal de la persuasion », n’a pas toujours occupé une place centrale dans notre histoire. Héritage gréco-romain, l’éloquence – et son pendant qu’est la rhétorique – est redécouverte au XXe siècle en lien avec les besoins nouveaux de la communication. L’éloquence, celle des discours des hommes politiques, des cours des professeurs ou de la plaidoirie des avocats, a bien évolué avec le temps. Bien sûr, les nouveaux media sociaux ont changé la donne – par le format essentiellement. Pour autant, le paradigme reste le même : la volonté de convaincre et la nécessité de séduire. Du discours flamboyant d’un premier ministre anglais qui promettait en temps de guerre du sang et des larmes à celui plus technique d’un premier ministre français qui, en pleine crise sanitaire, explique ce qu’il sait et ce qu’il ne sait pas, pédagogue et empathique, l’éloquence se travaille. Elle est cependant toujours le fruit d’une technique : une forme au service du fond, un rythme, une analyse de l’auditoire et une chute. L’objectif : éveiller la curiosité, susciter l’intérêt et emporter l’adhésion. Mots-clés : conviction – persuasion – adhésion Pour aller plus loin : https://academiesciencesmoralesetpolitiques.fr/2021/12/20/des-academiciens-en-sorbonne-avec-louis-vogel/