Coordonnées

École maternelle publique
38, rue des Perchamps
75016 PARIS

tél. : 01 42 24 74 06


Ecole Modèle 2018 - QFE - publication de la catégorie courante affichées en liste - inside

Poux!

Poux!

Poux1

Poux1



      La lutte est permanente!  

 

 

Poux 2

 

Poux4

 

 

Pour les cas désespérés…!   À proximité de l’école,Untitled-1-1

 

22 rue de Boulainvilliers: http://www.institut-antipoux.fr/

 

Un peu d'humour:

Les parodies de Jérémy, les poux sont de retour...

 

Extrait de « Liaisons laïques » n°316

La sagesse des poux: « Eux aussi sont laïcs, gratuits et obli- gatoires — même dans les écoles privées. Ils ne font d’ailleurs pas de différence de classes, de couleurs, de religions ni de langues. Et quelle que soit notre génération nous y sommes tous très attachés. Ils sont peut-être l’emblème véritable de la République ». Eh oui, les poux sont très attachés à nos enfants et à nous-mêmes par conséquent! Il semble (mais aucune étude scientifique ne l’a prouvé) qu’il y ait des « têtes à poux ». Peut-être aussi, luttent-ils contre certaines discriminations: il semble (toujours sans vérification scientifique) que les cheveux crépus ne leur plaisent pas alors que les cheveux longs et lisses sont plus aisés à attraper… En bref, nous ne le répéterons jamais assez: il ne s’agit en aucun cas d’un problème d’hygiène. Quoi qu’il en soit, si les poux aiment vos enfants, vous allez lutter contre eux de la maternelle au collège. Il n’y a pas encore eu de signalement dans les lycées, mais il fut un temps où on n’en parlait que dans les maternelles. À ce jour, le combat parents-poux donne donc les poux gagnants. Mais eux aussi aggravent l’inégalité puisque les lotions et autres shampoings coûtent très cher. On peut bien sûr passer une heure ou deux chaque jour à coiffer ses enfants avec le peigne à poux. Enfin, le rasage intégral offre une solution radicale, mais il stigmatiserait nos chères têtes pas blondes. C’était plus facile à l’époque de Barthez. UN COMBAT TOUJOURS RECOMMENCÉ Contre ce fléau, il faut bien sûr s’organiser car à quoi bon lutter à un moment M alors que d’autres luttent à un instant I ? Dans de nombreuses écoles, les associations de parents d’élèves ont lancé des opérations anti-poux: avant chaque période de vacances, ils demandent à tous les parents de vérifier la tête de leurs enfants, précisent comment repérer les éventuels poux ou lentes, comment traiter le cas échéant… Pour entraîner l’adhésion des parents, ils tractent et discutent sur le trottoir. Les directeurs mettent des flyers dans les cahiers de correspondance car voilà un combat qui réunit les parents, les enseignants et les directeurs! Et on affiche dans le panneau réservé aux parents, voire dans celui réservé à l’école. Les poux sont cernés: ça va chauffer pour eux! D’après les expériences qui nous ont été rapportées, la première année est un vrai succès: tous se mobilisent et l’école reprend sans poux pendant plusieurs semaines. Mais, patatras, le petit frère en maternelle en ramène à la maison, en prête à sa grande sœur et, le temps qu’on agisse, les deux écoles sont infestées. Il faut donc recommencer. Il faut convaincre d’autres associations de mener le combat ensemble, on leur fournit le matériel et on agit le jour J. Cela marche une ou deux fois puis certains se démobilisent. Mince alors, il va falloir inventer autre chose ! Et si on faisait un quizz sur les poux pour les enfants ? Le pou est donc une bénédiction: il pousse les parents à la créativité et au combat!

Danielle Theleus