Collège

Le Collège Lucie Faure

Le collège Lucie Faure compte environ 400 élèves répartis de la 6ème à la 3ème.

Le projet pédagogique du collège repose sur deux axes forts :

 

  • D’une part, proposer un soutien scolaire aux élèves en difficulté dès la 6ème, à travers le dispositif Devoirs faits, le tutorat et un dispositif d’enseignement adapté à partir de la 4ème.

 

  • D’autre part, créer un pôle d’excellence à travers un projet ambitieux d’ouverture culturelle, axé sur le théâtre : à chaque niveau d’enseignement, une « option théâtre » propose une formation en collaboration avec le conservatoire G. Bizet du 20ème, animé par un professionnel et un professeur de lettres. Le collège participe également chaque année au dispositif Collège au cinéma et l'ensemble de l'équipe pédagogique propose chaque année des projets de qualité (cf. onglet "Projets").

 

  • Les langues enseignées au collège sont l’Anglais, l’Allemand, l'Espagnol et les options Latin et Grec.

 

Source image

Lucie Faure school is located in the 20th district of Paris. There are 400 pupils in the school.

In Lucie Faure school, you can study English and German in the first form. You can also participate in the Drama Project which is elabotated with the "Conservatoire du 20ème" and with a lot of famous theatres : Odéon, Dunois, Théatre du Chaos. We also participate in the project Collège au cinéma.

LUCIE FAURE (1908-1977)

 

Lucie faure

Lucie Faure 

Madame Lucie Faure (Meyer de son nom de jeune fille), est née à Paris le 6 juillet 1908. Elle est la fille d'un négociant en tissus israélite. Relieuse d'art avant la guerre, elle acquiert dans ce domaine une réputation internationale (Livre d'or des princesses d'Angleterre, 1938) et participe à de nombreux salons d'artistes décorateurs à l'étranger.


En 1931, elle épouse Edgar Faure, alors jeune avocat et qui deviendra plusieurs fois ministre ainsi que Président du Conseil.
Ils se réfugient en Tunisie puis à Alger pendant l'occupation allemande. Lucie Faure travaille au Commissariat des Affaires étrangères du Comité français de Libération nationale.
Elle organise l'Institut d'Etudes slaves à l'Université d'Alger. C'est toujours à Alger qu'elle crée en 1943, une revue politique et littéraire : La Nef.


La Nef est la première revue à être éditée à Paris au lendemain de la Libération et dont Lucie Faure assurera la direction jusqu'à sa mort. La Nef aborde des problèmes politiques et sociaux contemporains (la guerre d'Algérie, la police, les Américains, la psychanalyse, la prostitution, les femmes, la justice, la publicité, les sondages d'opinion, les libertés...).


Proche des milieux de la Gauche intellectuelle parisienne, Lucie Faure assiste et conseille son mari dans ses diverses fonctions politiques, défendant en général des positions plus avancées que les siennes, tout en évitant de se placer elle-même sur le devant de la scène politique. Elle accepte cependant de lui succéder en 1970 comme maire d'une petite commune du Jura. Elle mène parallèlement une carrière de romancière entamée dans les années 60.


Elle écrit Journal d'un voyage en Chine en 1958. Elle poursuit l'écriture avec des romans et des nouvelles montrant une "curiosité intimiste pour les choses du cœur" (B. Poirot-Delpech).
Membre du jury du prix Médicis à partir de 1971, elle exerce, par sa personnalité, un grand rayonnement dans le monde littéraire parisien.


Elle décède le 25 septembre 1977. Elle était commandeur de la Légion d'honneur.

Source infos et Source image