Des chercheuses de la Sorbonne au collège Paul Bert pour la journée internationale des filles et femmes en Science !

photo chercheuses sorbonne (5)

Des chercheuses de la Sorbonne au collège Paul Bert pour la journée internationale des filles et femmes en Science !

Vendredi 11 Février, nous avons eu le plaisir d’accueillir Leina Sellam, chargée de mission pour l’égalité hommes-femmes à l’Université Paris Sorbonne, accompagnée de cinq chercheuses en Sciences, pour des interventions passionnantes auprès de nos 3èmes, filles comme garçons. Il est en effet essentiel que le discours de ces scientifiques ayant pour but de favoriser l’ambition des filles dans le domaine des sciences, s’adresse à tous pour faire changer les mentalités et faire évoluer la société de demain.

Après une présentation générale de leur parcours et de leur objet de recherche à l’amphithéâtre qui ont donné lieu à quelques premiers échanges, les élèves ont été répartis en petits groupes pour accueillir à tour de rôle une scientifique afin de briser la glace et de délier les langues : chacune à sa manière a raconté expériences, anecdotes, souvenirs de jeunesse, motivations, ambitions, persévérance, freins, puis leur passion, leur réussite dans leur domaine particulier, très pointu ; les questions ont fusé. Chaque élève a pu exprimer ses envies, son goût ou non pour les sciences. Les échanges ont été nourris et riches, nos 3èmes ont fait preuve d’une vraie curiosité et maturité face à ces intervenantes exceptionnelles.

Merci à Leina Sellam et à ces chercheuses d’avoir pris le temps d’échanger leur passion avec nos 3èmes et de transmettre ambition et confiance aux filles de poursuivre dans cette voie.

Mais laissons la parole à quelques élèves pour témoigner de ce moment et nous donner une belle leçon de vie!

Ariane :

Le  11 février, cinq chercheuses de la Sorbonne Université et du Centre National de Recherche Scientifique (CNRS) sont venues au collège pour nous présenter les différents métiers de la recherche à l’occasion de la journée des femmes dans la science. Ainsi nous avons rencontré une jeune doctorante et une enseignante chercheuse en neurosciences ; une directrice de recherche en chimie ; une enseignante chercheuse en physique et une ingénieure, informaticienne spécialisée dans la simulation d’évolution de populations. Elles ont rapidement présenté le monde de la recherche puis ont insisté sur le manque de femmes dans la recherche scientifique et sur la nécessité de créer une parité en se donnant les moyens de mettre à bas les barrières sur le chemin d’une femme scientifique. Ensuite, en groupe, chacune nous a présenté sa discipline ainsi que son parcours et nous avons pu leur poser des questions sur leur métier et leurs recherches.

 

 

 

Mariya

La journée internationale des filles et des femmes en science a permis aux élèves de 3ème du collège Paul Bert de rencontrer cinq femmes de très haut niveau, travaillant à l’INSERM, au CNRS ou à la Sorbonne.

Elles nous ont expliqué que c’était un jour pour que les femmes « assumant » leur choix. De nombreuses femmes choisissent de faire des sciences au lycée, vont ensuite à l’université dans l’objectif de poursuivre des études puis une carrière scientifique. Pourtant plus elles avancent en âge, plus les années sont difficiles et plus elles baissent les bras. Certaines ont un bébé et n’ont alors plus le temps de s’occuper de leurs recherches et de leurs enfants en même temps. D’autres subissent le harcèlement sexuel et non plus la force de continuer. Il y a donc aujourd’hui trop peu de femmes scientifiques ! Ces cinq chercheuses étaient là pour nous encourager, nous les filles, mais aussi pour sensibiliser les garçons, pour nous dire de persévérer et de faire ce que l’on aime ! Les sciences sont abordables par tous. Les femmes ne devraient pas se sentir en situation d’infériorité par rapport aux hommes dans ce domaine. Ensuite, nous en avons pu échanger avec trois chercheuses.

La première était une doctorante en neurobiologie, étudiant les addictions. Elle nous a expliqué qu’elle avait toujours aimé les sciences et que dans son enfance, la situation était pire qu’aujourd’hui : les garçons ne les laissaient pas jouer au foot et les obligeaient à jouer à la corde à sauter.

La deuxième était une physicienne qui venait d’un pays étranger. Elle était arrivée en France pour travailler sur les sciences. Elle nous a parlé des théories sur lesquelles elle effectuait ses recherches et nous a dit à quel point ce métier l’intéressait plus que tout.

La dernière était chimiste, véritablement passionnée par son travail. Cette femme a réussi à faire le métier qui la passionne et à construire une famille. Elle était assez fière de son parcours. Elle est un exemple pour toutes les femmes qui veulent devenir scientifiques mais qui n’ont pas assez confiance en elles.

Ces femmes nous ont montré que dans la vie, il faut faire les choses que l’on aime car il n’y a jamais de mauvais choix. C’est juste une question de volonté et de confiance en soi ! D’efforts et de travail aussi !

 

photo chercheuses sorbonne (1) photo chercheuses sorbonne (2) photo chercheuses sorbonne (3) photo chercheuses sorbonne (4) photo chercheuses sorbonne (5) photo chercheuses sorbonne (6)